Ne tombons pas dans la calomnie et la délation

Justice

« Qui n’entend qu’une cloche n’entend qu’un son »

Il est tout à fait compréhensible que le peuple algérien veuille que tous ceux qui ont gouverné l’Algérie et qu’il rend responsables de la faillite de l’Etat, soient traduits devant la justice et qu’ils paient pour leurs actes. Mais il me semble qu’il faut exclure de nos comportements la calomnie et la délation ; toutes les deux sont méprisables.

Ceux qui ont lu « Le barbier de Séville » de Beaumarchais, se souviennent de cette réplique de Bazile : « La calomnie Monsieur ! Vous ne savez guère ce que vous dédaignez ; j’ai vu les plus honnêtes gens prêts d’en être accablés. Croyez qu’il n’y a pas de plate méchanceté, pas d’horreurs, pas de conte absurde, qu’on ne fasse adopter aux oisifs d’une grande ville, en s’y prenant bien : et nous avons ici des gens d’une adresse ! … D’abord un léger bruit, rasant le sol comme hirondelle avant l’orage, pianissimo murmure et file, et sème en courant le trait empoisonné. Telle bouche le recueille, et pianopiano vous le glisse en l’oreille adroitement. Le mal est fait ; il germe, il rampe, il chemine, et rinforzando de bouche en bouche il va le diable ; puis tout à coup, ne sais comment, vous voyez calomnie se dresser, siffler, s’enfler, grandir à vue d’œil. Elle s’élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient, grâce au Ciel, un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription. » (1)

La calomnie et la délation sont des perversions mentales qui touchent tout le corps social ; si le but des calomniateurs et des délateurs est d’avilir et de salir un « ennemi », ils n’avilissent et ne rabaissent que leur personne.

La justice n’est pas une institution, un tribunal qui rétablit les gens dans leurs droits ou un moyen de vengeance, « une loi du talion », mais une idée qui repose sur le Bien.

____________________________________

(1) Cf. Beaumarchais, « Le Barbier de Séville », Coll. « Grands écrivains », 1985, acte II, scène VIII, p. 55-56

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s