Elections, piège à cons (1)

Pas_de_dialogue

Des partis dits de l’opposition rejoignent les partis du pouvoir (FLN, RND, MPA, TAJ notamment) favorables à l’organisation d’une « élection » présidentielle par l’état-major de l’ANP, autorité suprême du pays.

Cette « opposition » trop conciliante avec un pouvoir qui promet de préparer de « bonnes élections », joue le rôle, comme à l’accoutumée, de faire-valoir. Elle rejette en 2019 une période transitoire indispensable à l’élaboration d’une nouvelle Constitution assurant les équilibres institutionnels, qu’elle a acceptée en 1994 pour les mêmes raisons : sauver le système. Une « élection » présidentielle n’est pas destinée, dans une situation d’illégitimité doublée d’une illégalité manifeste, à rendre le pouvoir à sa source, mais à perpétuer les mêmes pratiques et les mêmes mœurs politiques.

La promesse de la mise en place d’une « nouvelle » autorité « indépendante » chargée de contrôler les « élections », est l’appât factice pour piéger les nigauds. Conscient des jeux de rôle, le peuple qui a réitéré aujourd’hui son hostilité à toute élection organisée par la 3issaba dont le chef est Gaïd-Salah, a dit « Non au dialogue avec les imposteurs ».

_____________________________________

(1) Cf. Jean-Paul Sartre, « Elections, piège à cons », Les temps modernes n° 318, janvier 193

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s