Quelle idée de justice avons-nous ?

Religieuse à l’origine, l’idée de justice est devenue, dans le monde moderne, un sujet majeur de la philosophie du droit et de la philosophie politique. Il n’est pas besoin, ici, de remonter jusqu’aux philosophes grecs anciens, Platon et Aristote notamment, pour dire que la justice est une vertu cardinale. Dans « Gorgias », Socrate dit au jeune sophiste Polos « commettre l’injustice est pire que la subir. »

Pour la plupart des gens, peut-être tous, la pire des choses est de subir l’injustice, et ceux qui l’ont subie se réjouissent de l’injustice endurée par ceux qui les ont fait souffrir. Cela est malheureusement le cas chez nous actuellement avec les nombreux emprisonnements que prononce une « justice » toujours dépendante de « l’exécutif ». « Il n’y a point encore de liberté si la puissance de juger n’est pas séparée de la puissance législative et de l’exécutrice », soulignait Montesquieu dans « L’Esprit des Lois ».

Qui peut dire avec certitude que la « justice » algérienne s’est affranchie de sa tutelle et qu’elle n’obéit plus ou pas à la puissance militaire qui tient ou détient les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Si la justice ne repose que sur la force, elle devient tyrannique, disait Blaise Pascal. Et « il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice. » (Montesquieu, « Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence », 1734).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s