Sortir de la légalité constitutionnelle illusoire

Soc_civile

Ceux qui me connaissent savent la haute opinion que j’ai de l’Appel du 1er novembre 1954. Ce texte bref et précis, est fondateur de la nation algérienne moderne. Les organisations de la société civile qui se sont réunies hier l’ont pris comme expression de la volonté du peuple algérien, dans sa diversité politique, linguistique, culturelle, religieuse, de vivre ensemble.

Si en effet l’Appel de Novembre avait pour but l’indépendance nationale par « la restauration de l’Etat algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques », ses auteurs s’étaient engagés à « respecter toutes les libertés fondamentales sans distinction de races et de confessions », ce qui, aux yeux de beaucoup, exprime la pluralité du peuple algérien.

Les organisations représentatives de la société civile réunies hier, dans leur effort de clarification et leur souci de réunifier la nation algérienne, ont mis en échec toutes les tentatives de placer leur action dans le cadre d’une légalité constitutionnelle illusoire. La société civile, il faut le dire, sort de « l’espace politique de seconde zone » dans lequel le Système l’a confinée depuis des décades.

Pour la première fois depuis fort longtemps, j’ai confiance dans les organisations de la société civile algérienne qui ne se contentent plus de « l’os à ronger » que lui jetait le pouvoir ; elles s’autonomisent, elles se sont autonomisées ; elles ne se soumettent plus au « code de l’indigénat ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s